Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le journal de enzo

THIERRY ROBERT DÉNONCE "UN JEU DE COPAIN-COQUIN AVEC L'ARGENT DU CONTRIBUABLE"

RÉGIONALES 2015

THIERRY ROBERT DÉNONCE "UN JEU DE COPAIN-COQUIN AVEC L'ARGENT DU CONTRIBUABLE"

Posté par IPR le Mercredi 09 Septembre 2015 à 14H11

Au lendemain d'une conférence de presse organisée par l'union de la droite, Thierry Robert a décidé ce mercredi 9 septembre 2015 de faire le point sur les structures satellite de la Région Réunion. L'occasion pour le député-maire de Saint-Leu de se montrer très critique avec le bilan de Didier Robert. Le président du LPA, qui mène toujours campagne en solo, estime par ailleurs ne pas être isolé sur la scène politique réunionnaise.

Vous avez convoqué la presse au sujet de la SPL Maraïna. Que s'y passe-t-il ?

La SPL Maraïna est en quelque sorte une coquille vide. Depuis 2012, on a soi-disant lancé un projet d'étude par rapport à une voie ferrée. A 90 jours des élections régionales, comme par hasard, on nous invite à une réunion pour parler de ce fameux projet et de l'étude qu'on pourrait lancer. Cela intervient quelques semaines après que j'annonce mon projet de train express réunionnais.

Qu'insinuez-vous ?

Je crois véritablement qu'il y a un vrai gaspillage de l'argent public dans toutes ces structures qui entourent la Région. Il y a une volonté délibérée de faire croire à a population réunionnaise qu'on travaille pour elle. Mais en réalité, ces structures satellite sont le meilleur moyen pour eux de positionner de la famille, des amis et des copains-coquins.

Qui visez-vous ?

Vous avez aujourd'hui la Nexa (Agence régionale de développement, d'investissement et d'innovation) qui est pilotée par le cousin du président de la Région. Il n'a aujourd'hui aucun bilan et aucun résultat. Vous avez le Club Export qui est piloté par le frère de Fabienne Couapel-Sauret avec aucun résultat non plus. C'est juste une structure pour aller bat' carré partout. Ensuite, vous avez la femme de ce monsieur - Gilles Couapel-Sauret - qui est au contrôle de gestion au niveau de l'IRT. C'est véritablement un jeu de copain-coquin avec l'argent du contribuable.

La campagne est très dure depuis un certain temps. N'estimez-vous pas en rajouter une couche ?

Je ne suis pas dans l'attaque. Je suis dans la vérité aux Réunionnaises et aux Réunionnais. Depuis que je me suis lancé en politique en 2008, j'ai tenu mon engagement de dénoncer tous ce qui se passe avec l'argent public dans le dos de la population. Je dis simplement la vérité aux Réunionnais et ça fait mal au sortant de la Région. Il n'avait pas qu'à faire. Quand on est élu, on doit être le garant des deniers publics. On doit servir son peuple et non pas se servir soi-même.

Contrairement à d'autres, vous êtes seul dans cette campagne. Pourquoi ?

Les Réunionnais aujourd'hui vomissent la politique qui consiste à faire des arrangements. Je veux proposer une vraie alternative crédible aux Réunionnais sur la base d'un projet réaliste et réalisable et sur un groupe d'élu compétent, sérieux et dynamique. Je veux travailler sur la base de l'intérêt général et non pour tel ou tel réseau ou telle ou telle famille. Partant de là, quand on souhaite travailler avec moi au 1er tour et qu'on m'impose des choses qui ne correspondent pas à ce qu'attendent les Réunionnais, forcément je suis contraint de dire non.

N'êtes-vous pas un peu isolé ?

Mais je suis loin d'être isolé. Il y a deux choses à comprendre : soit je suis isolé de ceux qui ont mal fait jusqu'à maintenant, soit je suis isolé de la population. Moi je préfère être isolé des hommes et des femmes politiques qui ont montré leur limite.

Une alliance est-elle possible pour le second tour ?

Ne balayons pas du revers d'une main le 6 décembre. Sans vouloir vous faire rire, pourquoi je ne pourrais pas être élu dès le soir du premier tour ? C'est quelque chose qui peut être réalisable. Bien sûr, en cas de second tour, il faudra travailler avec tout le monde. Mais il faudra le faire sur la base d'un programme et non pas sur un partage de places. Je ne suis pas d'accord avec ça.

Qu'en est-il de vos relations avec Nassimah Dindar ?

Avec Nassimah Dindar, on s'entend très bien. Il n'y a pas de problème. Elle a fait un choix politique. Je différencie l'amitié de la politique. Elle a voulu aller avec le sortant de la Région. On se retrouvera le 14 au matin : elle sera la présidente du conseil départemental et je serai le pilote de la Région Réunion.

Que reprochez-vous au bilan de Didier Robert ?

J'ai entendu le sortant de la Région s'auto-congratuler avec un bilan extraordinaire. Je me dis vraiment qu'il est en train d'insulter la population, les journalistes et tous les acteurs économiques. Tout ce qu'il dit est faux. Il a injecté beaucoup d'argent, pour quel résultat ? Les Réunionnais ont vu le chômage baisser ? Non, ça a augmenté. Ils ont vu leur pouvoir d'achat augmenter ? Non.. Ils ont la couleur des logements case à terre qu'il avait proposé en 2010 ? Non. Ils ont vu les touristes qui devaient venir de plus en plus nombreux après avoir pointé du doigt l'ancienne majorité régionale ? Non, alors qu'il a investi 30 millions d'euros par an pendant 5 ans dans l'IRT. A-t-on vu la dynamique économique à La Réunion ? Non, les entreprises ne cessent de tomber comme des mouches. Les 2000 bus sont où ? Ils ne sont pas là.

Qu'a-t-il fait de bien dans ce cas là ?

Il a fait la maison du volcan. Il a fait le musée de Stella-Matutina. Et c'est un très bon chanteur avec son bermuda. Je dirais même que c'est un maître-chanteur ce type.

www.ipreunion.com avec RTL Réunion

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article