Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le journal de enzo

Une enquête sous haut tension

Une enquête sous haute tension

clicanoo

Jeudi 6 octobre 2016 - 07:38

  • Thierry Robert et le président des commissaires enquêteurs Hubert Rémond lors du premier jour de l’enquête publique, début septembre.

Saint-Leu. Les derniers jours de l’enquête publique sont marqués par un échange musclé entre le préfet et Thierry Robert, le tout par courrier interposé.

Finalement, Thierry Robert a plié. Hier matin, dans un communiqué sibyllin, le maire de Saint-Leu laisse entendre qu’il va accueillir les commissaires enquêteurs pour leurs deux derniers jours d’enquête publique, contrairement à ce qu’il avait affirmé deux jours plus tôt. C’est un courrier du préfet qui aurait eu raison de sa détermination. Le représentant de l’État «a indiqué ce mardi 4 octobre que « les membres titulaires de la commission d'enquête siégeront de nouveau (...) le mercredi et le jeudi » et a précisé que « l'absence de locaux ne permettraient pas au public de s'exprimer et serait donc fortement préjudiciable au déroulement de l'enquête. Dont acte.», tente de justifier un communiqué de la mairie.

«L’ÉTAT MAINTIENT L’OPACITÉ»

Deux des trois commissaires enquêteurs étaient donc présents en mairie de Saint-Leu, hier après-midi, pour accueillir le public.
Alors que Thierry Robert et plusieurs articles de presse leur reprochent leur impartialité, ils refusent de s’exprimer officiellement tout en laissant poindre leur agacement. «On a un code de déontologie. On s’engage sur chaque enquête à n’avoir aucun lien d’intérêt avec les différents acteurs du dossier. On est là pour mettre en lien les porteurs de projet et le public, pour entendre les gens et les laisser s’exprimer», lâche l’un d’entre-eux. «L’enquête se déroule normalement. Les gens ont l’impression qu’on veut les influencer mais ce n’est pas ça du tout. On a simplement dû expliquer la différence entre les deux enquêtes», précisent-ils encore.
Dans le courrier envoyé à la mairie, le préfet prend lui aussi la défense des enquêteurs. Thierre Robert veut que le préfet saisisse le tribunal administratif ? Ce dernier lui renvoie la balle en affirmant que c’est à lui de prouver ses «allégations» si besoin «auprès du tribunal administratif». Fin de la polémique ? Pas tout à fait. Comme pour mieux avoir le dernier mot, Thierry Robert envoie un dernier pic au préfet dans le même communiqué d’hier matin. «L'État discret depuis le début de l'enquête malgré de nombreuses incohérences maintient l'opacité en refusant d'apporter des éléments de vérité et persiste à nous imposer de poursuivre avec les mêmes commissaires dont l'indépendance et l'impartialité ont été mises en cause publiquement».
Les enquêteurs rendront leur avis d’ici le mois prochain. Nul doute que celui-ci sera encore accueilli par de nombreux commentaires.

Jean-Philippe Lutton

  • Les commissaires enquêteurs recevront le public en mairie de Saint-Leu aujourd'hui de 13 h à 16 h

Les médecins généralistes s’opposent à la carrière

En seulement 10 jours, la pétition contre la carrière de Bois Blanc lancée par un collectif de médecins a recueilli 260 signatures dont 180 de médecins formellement identifiés.
Cette pétition a été remise hier aux commissaires enquêteurs et sera envoyée au préfet. «Cette carrière expose la population à de nombreux risques», affirme l’un des porte-parole du collectif Matthieu Gonnot qui cite notamment les conséquences de la poussière minérale. «Elle peut entraîner une exacerbation des crises liées aux maladies pulmonaires», indique-t-il. «Notre souhait est d’alerter sur la persistance des risques malgré un dossier d’exploitation de la carrière revu depuis l’an dernier. Nous voulons que la santé des personnes soit prises en compte».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article